« Fampitaha, fampita, fampitana » de Soa Ratsifandrihana : et sous le corset colonial, des corps se libèrent

Dans une pièce qui magnifie la réappropriation des gestes ancestraux, la chorégraphe malgache Soa Ratsifandrihana trouve une forte inspiration à partir de racines enfouies.

« Fampitaha, fampita, fampitana » de Soa Ratsifandrihana : et sous le corset colonial, des corps se libèrent
   humanite.fr
Dans une pièce qui magnifie la réappropriation des gestes ancestraux, la chorégraphe malgache Soa Ratsifandrihana trouve une forte inspiration à partir de racines enfouies.