« Ils m’ont mis des coups de crosse dans la tête et au thorax » : au Sénégal, la jeunesse martyre de Casamance

Le report de l'élection présidentielle, qui se tiendra finalement le 24 mars, a catalysé les conflits au Sénégal. le pays vit depuis trois ans au rythme d’une répression à la brutalité inouïe. En trois ans, entre 60 et 100 Sénégalais ont perdu la vie au cours de manifestations menées par les jeunes. Dans le viseur du régime de Macky Sall : la Casamance, région méprisée, et sa capitale Ziguinchor, dont le maire est l’opposant Ousmane Sonko, tout juste libéré après 9 mois de prison.

« Ils m’ont mis des coups de crosse dans la tête et au thorax » : au Sénégal, la jeunesse martyre de Casamance
Le report de l'élection présidentielle, qui se tiendra finalement le 24 mars, a catalysé les conflits au Sénégal. le pays vit depuis trois ans au rythme d’une répression à la brutalité inouïe. En trois ans, entre 60 et 100 Sénégalais ont perdu la vie au cours de manifestations menées par les jeunes. Dans le viseur du régime de Macky Sall : la Casamance, région méprisée, et sa capitale Ziguinchor, dont le maire est l’opposant Ousmane Sonko, tout juste libéré après 9 mois de prison.