Sous le "choc", les Russes affluent pour donner du sang ou se recueillir après l'attaque

Sous le "choc", les Russes affluent pour donner du sang ou se recueillir après l'attaque